Culture et langues de l’Antiquité

(actualisé le )

Culture et langues antiques (HK)
Cet enseignement est dispensé en hypokhâgne.

«   Nous avons avec les textes anciens le cas le plus extrême d’un éloignement au cœur même de ce qui est familier. [… ] Mais cette familiarité est à redécouvrir [...] Il n’y a pas de mise à distance plus féconde pour rendre opérante une éducation à l’autonomie  »
(Heinz Wisman, L’Avenir des langues, «  Les humanités modernes  », Éd. du cerf, 2004.)

Depuis 2007, tout étudiant en HK étudie une langue ancienne, latin ou grec, et bénéficie d’une heure hebdomadaire d’enseignement de culture antique. La présence de l’Antiquité dans notre monde contemporain n’est pas un leurre  ; être instruit de Rome et de la Grèce permet d’appréhender un héritage culturel fondamental, et de raisonner sur l’universel et l’historicité. Les étudiants auront besoin des langues anciennes dans leur cursus ultérieur, pour certains concours d’écoles de commerce, pour les concours de recrutement de l’Éducation nationale en Lettres, ou tout simplement pour leur formation en histoire, philosophie et arts. Elles sont l’un des pilotis de la culture de l’honnête homme d’aujourd’hui.

Le cours de culture antique est sur programme (en 2019-2020 : «  Savoir, Apprendre, Eduquer dans l’Antiquité  »), et se fonde sur des textes traduits du grec et du latin, pour en  dégager les enjeux culturels, intellectuels et littéraires, sans jamais perdre de vue leur fécondité et leur postérité.

LES LANGUES ANCIENNES (latin ou grec)
Le lycée Joliot-Curie propose, en hypokhâgne et en khâgne, le choix entre le latin et/ou le grec, avec un horaire de deux heures hebdomadaires.
À ces dernières s’ajoute une heure de culture antique.

L’étude des langues anciennes en hypokhâgne ne demande aucun pré-requis : le niveau d’entrée est hétérogène mais généralement assez faible, et le cours reprend les bases de chacune des deux langues. Le rythme de progression, en revanche, est rapide, car l’objectif est de préparer l’épreuve de langue ancienne des concours (non-spécialistes).

Classe d’hypokhâgne  : LATIN ou GREC grands débutants.
Il s’agit d’aborder l’étude de la langue et de la littérature latine ou grecque (l’essentiel des mécanismes linguistiques est abordé au cours de cette première année). Le cours s’appuie sur l’usage d’un manuel, et l’étude de textes en lien avec le thème au programme lus en langue originale. Il sera demandé aux étudiants, en cours d’année, d’acquérir un dictionnaire de version. Les étudiants abordent de façon systématique la pratique de la traduction.

Classe de khâgne  : LATIN ou GREC grands débutants, deuxième année.

Il s’agit de confirmer les acquis d’hypokhâgne et d’aborder la pratique du commentaire de texte ancien. Les étudiants sont invités à travailler sur des textes de genres et d’époques variés, en relation avec la problématique au programme de culture antique.

L’étude d’une langue ancienne est particulièrement recommandée aux étudiants de la spécialité Lettres Modernes (se rappeler que l’agrégation de Lettres Modernes impose une épreuve de version latine ou grecque). Il est par ailleurs vivement recommandé aux étudiants qui envisagent des études d’histoire, de philosophie ou d’espagnol, de conserver l’enseignement du latin ou du grec. Enfin, il est possible de présenter aux concours d’écoles de commerce, une langue ancienne comme LVB. Dans tous les cas, le choix de présenter une langue ancienne est fortement valorisé.